Blogue-Jeremy

Authenticité créative et post-narratif, retour sur la Conférence créative Zoofest

24 juillet 2014

En tant que publicitaires, nos clients et les consommateurs s’attendent à du contenu qui dégage une véritable authenticité créative. Ils veulent ressentir que le contenu qu’ils consomment provient d’une perception ou d’une situation bien réelle, qu’il ne sonne pas faux. Mais est-ce que notre approche créative est vraiment authentique?

Vendredi dernier, j’ai pu assister à la Conférence créative ZooFest. Au cours de l’après-midi, un fil conducteur a émergé : le processus de création ne doit pas être interrompu en pleine évolution, il doit plutôt être libéré de toute contrainte. Un contenu créatif reste souvent incomplet, puisqu’il est interrompu avant l’atteinte de son apogée, de son « punch », par différentes contraintes imposées (ou non). En nous présentant la légendaire pub du quotidien britannique The Guardian, où l’on voit une même scène sous plusieurs angles, Jean-Louis Gusiew de Geometry Global nous explique que la compréhension totale d’un processus créatif n’est possible qu’une fois celui-ci complété (le fameux « punch »).

Le concept d’authenticité créative, d’autant plus vrai dans notre monde actuel, est dicté par l’aspect de plus en plus social de l’Internet et des communications. Le consommateur a bien plus de chance de s’approprier un message publicitaire s’il perçoit son contenu comme étant authentique. Une émotion réelle sera alors transmise au consommateur par le biais de la publicité, quelle que soit sa forme, seulement s’il l’assimile comme étant authentique. C’est maintenant le moyen ultime de transmettre le message publicitaire aux consommateurs.

À ce propos, le cinéaste Casey Neistat nous a expliqué ce qu’est le post-narratif, la méthode de création propre à son style. Cette méthode consiste à capturer chaque moment présent sous forme de contenu vidéo pour, ensuite, trouver l’histoire à raconter lorsque l’inspiration lui vient. En d’autres termes, on « fait avec ce qu’on a ». En faisant ainsi, il explique qu’il est difficile d’être plus authentique, puisqu’il n’utlise que des images vraies. Cette approche affecte tout son processus créatif : que ce soit pour de grandes marques comme Nike ou Mercedes, ou bien pour du contenu plus personnel publié sur YouTube.

 

Il n’est jamais facile de laisser libre cours à sa créativité sans penser aux conséquences ou aux embûches. Pourtant, c’est souvent à ce moment qu’émerge le contenu le plus singulier.