09-03-2011---Les-filtres

Les filtres contrôlent le web. Les algorithmes contrôlent le monde.

3 août 2011

Les filtres qui contrôlent le web

En 2005, Facebook engage Chris Cox, un finissant de Stanford spécialisé en intelligence artificielle et systèmes symboliques. Fait cocasse, lorsqu’il a été approché par Zuckerberg, Cox n’a pas pris au sérieux sa demande. Après quelques rencontres, Chris a commencé à entrevoir un nouveau modèle de pensée pour la planète. Sa première création pour Facebook a été le fil de nouvelles (le « Newsfeed »). Chris croit que le rôle de Facebook est de définir des recommandations « sociales » sur ce qu’on devrait voir, lire, écouter, regarder et acheter. Chris Cox est maintenant VP Product de Facebook, et Fast Company vient de le nommer comme l’une des personnes les plus créatives en affaires de 2011.

Avez-vous remarqué que Facebook choisit, par défaut, d’afficher les statuts des amis et pages avec lesquels vous interagissez le plus? Des algorithmes filtrent le contenu qu’ils jugent nous intéresser. Mais ces algorithmes n’ont aucun sens de l’éthique. Si un de mes « amis » a des opinions politiques différentes des miennes et que je n’interagis pas avec lui, n’est-ce pas arbitraire qu’il disparaisse de mon fil de nouvelles?

Derrière ces filtres se cachent des algorithmes qui analysent différents signaux (dans le cas de Google, il y en a 57: le navigateur, l’heure de connexion, l’endroit de la connexion, l’historique des recherches, etc.) et interprètent les résultats pour prendre une décision. Leur omniprésence est de plus marquante sur le web, au point qu’Eli Praiser, un militant Internet, est en train d’écrire un livre à ce sujet intitulé The Filter Bubble. Dans ce livre, il nous met en garde contre les filtres qui donnent l’illusion de contrôler notre information.

Les algorithmes qui gouvernent le monde

Kevin Slavin est le cofondateur d’Area/Code, un studio de jeux sociaux qui a été acheté récemment par le (nouveau) géant Zynga (créateur de FarmVille). Kevin a donné en avril une conférence sur les différents algorithmes qui contrôlent le monde. Son exemple le plus révélateur ne se trouve pas derrière un navigateur web, mais au coeur de Wall Street.

Les physiciens de la guerre froide ont trouvé un moyen de se recycler en utilisant leurs connaissances avancées en mathématique algorithmique pour aller travailler dans les grandes bourses mondiales. Leur implication a créé ce qu’on appelle le Algorithmic Trading, ou« transactions à haute fréquence ». Ces transactions sont décidées en bourse par des machines, avant même qu’il n’y ait une intervention ni même une compréhension humaine. Ce ne sont plus des économistes qui contrôlent la bourse, mais des physiciens. Les économistes sont dépassés par les événements. D’ailleurs, personne ne sait vraiment ce qui s’est passé lors du Flash Crash du 6 mai 2010, le jour où le Dow Jones a perdu des centaines de points pour les retrouver une dizaine de minutes plus tard.

Aussi, l’efficacité d’un algorithme ne réside pas seulement dans sa complexité à analyser et interpréter des inputs, mais dans sa vitesse. Quelques millisecondes permettent de faire une différence. Un avantage d’une milliseconde peut valoir jusqu’à 100 millions de dollars par an. Alors, comment gagner ces millisecondes, voire microsecondes? C’est simple: en rachetant des bâtisses les plus proches de la source de l’Internet possible (située dans un immeuble à Manhattan) et remplacer les planchers par du métal pour y stocker des serveurs, beaucoup de serveurs. Ces algorithmes changent la topographie urbaine en transformant les immeubles en puces électroniques d’une carte mère.

Les algorithmes sont donc partout: dans les bourses, sur Amazon, eBay, Netflix, Facebook, Google et bien d’autres services que l’on utilise tous les jours et qui prennent des décisions à notre place. Aujourd’hui, les algorithmes sont de plus en plus intelligents et peuvent comprendre par eux-mêmes, jusqu’à devenir des éléments naturels de la vie de tous les jours.

Pour finir, le type d’algorithme le plus fascinant est l’algorithme génétique. Un algorithme conçu pour comprendre par lui-même. Demandez-lui de déplacer une masse d’un point A à un point B et il vous construira en quelques heures un parfait véhicule. Sans avoir aucune idée de ce qu’un véhicule est. Observez par vous-même.

Crédit image : Visualizing Friendships, Paul Butler